Ce jeudi 07 novembre 2013, nous étions devant la presse Ivoirienne pour nous exprimer sur la situation sociopolitique et la gouvernance en Côte d’Ivoire. C’est en ma qualité de Président en exercice de « Jeunesses Sans Frontières » que j’ai animé ce point de presse. Cette organisation réunissant plusieurs organisations de jeunesse publie de façon mensuelle un observatoire. Celui de ce mois, le tout  premier du genre, a fait le tour des questions d’actualités. Le processus de réconciliation, la justice, la sécurité, la situation socioéconomique, la gouvernanceetles initiatives de la jeunesse étaient donc au menu de cet observatoire.

Il s’agissait pour nous de faire l’état des lieux, et faire au besoin des propositions concrètes. D’abord concernant le processus de réconciliation, nous avons constaté l’impasse dans lequel ce processus crucial était plongé. Pour en sortir, nous demandons au Président de mettre un terme au mandat de Président de cette institution, car les ambitions politiques de celui-ci, quoique légitime, sont incompatibles avec la lourde mission à lui confiée. Car la réconciliation est un enjeu tellement important pour cette Côte d’Ivoire convalescente, que personne ne doit y faire obstruction.

Ensuite nous avons abordé la question de la justice. Nous estimons que la justice doit être l’une des clés du déblocage du climat politique, du rétablissement de la confiance et de la réconciliation. Cependant en dépit des progrès qu’il convient de saluer à leur juste valeur, il faut reconnaitre que la justice Ivoirienne n’est pas exempte de reproches, loin s’en faut. En guise de proposition nous avons appelé à l’ouverture sans-délais des procès et des poursuites judiciaires contre tous les mis en cause dans les évènements de la crise post-électorale. La justice Ivoirienne doit être capable de rendre des jugements impartiaux en toute liberté.

Les autres propositions étaient relatives à la situation sécuritaire, socioéconomique et à la gouvernance. La Côte d’Ivoire a certes connu des améliorations dans ces différences domaines, mais des efforts restent à faire. Nos propositions ont notamment consisté à :

  • Demanderau Gouvernement d’œuvrer davantage pour une réforme effective du secteur de la sécurité, ainsi que pour la démobilisation et le désarmement total des anciens combattants ;
  • Demander au Président Alassane OUATTARA de prendre une décision visant à fixer le prix des denrées de première nécessité, en faisant injonction aux commerçants de les respecter, sous peine d’être sanctionnés ;
  • Créer une haute autorité de lutte contre la corruption, une autorité forte, disposant d’une autonomie et des spécialisations avec des moyens de répression ;

Pour achever le point de presse, nous avons abordé les initiatives jeunes, objet principal de notre structure. Les 3ième assises de la jeunesse qui viennent de baisser leurs rideaux, ont été le principal point. Se réjouissant de cette initiative, en saluant tout ce qui ont contribué à sa réussite, nous entendons œuvrer afin que les recommandations de celles-ci ne restent pas dans les placards, mais soient suivies par des actions concrètes.

Notes:

  1. Retrouvez l’intégralité de ce point de point  de presse sur le site Internet de Jeunesses Sans Frontières
  2. Retrouvez également l’article de presse du quotidien «L’Intelligent d’Abidjan »
  3. Retrouvez l’article sur le site d’information 5minutesinfos

 

 

 

The following two tabs change content below.
tawakkal
De nationalité ivoirienne, je réponds au nom de Tawakkal DIAKITE. Je suis passionné de l'art du leadership. Plus d'infos dans la rubrique "A propos de moi" dans mon blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.