Rares sont ceux et celles des Ivoiriens qui doutaient encore de la portée du sport, plus singulièrement du Football. Tant cette discipline sportive a concouru au renforcement de la cohésion sociale et à la dynamique de réconciliation. Mieux que tous, le football l’a fait. Même les extrémistes politiques n’ont eu cette fois le choix qu’entre deux choses inconfortables pour eux : célébrer ou la fermer.

L’attente de ce deuxième sacre a été si pénible que sa célébration fut encore plus intense. Nos ainés nous racontaient leur expérience de Sénégal 1992, nous avons eu maintenant la nôtre. Des scènes surréalistes que nous aussi n’oublieront pas de sitôt. Et dont nous serons les éloquents narrateurs en attendant le prochain sacre, qui sera synonyme de la « Nationalisation » de dame coupe. C’est-à-dire qu’elle deviendrait ainsi Patrimoine de la nation Ivoirienne. Ici on n’arrête surtout pas de rêver.

https://www.youtube.com/watcMzRh?v=-ILekoW8

Cette victoire face au Ghana aux relents de répétitions de l’histoire de 1992 a été encore plus impressionnante. En effet depuis les quarts de finale de cette Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2015, des voix s’élevaient pour dire que l’histoire de 92 se répéterait. Il fallait être Ivoirien pour y croire, parce qu’après tant d’espoirs déchus, ce n’était pas gagné d’avance.

Vient la date du 8 février 2015, au stade International de Bata, à l’affiche Côte d’Ivoire vs Ghana. Au terme des 90 min, un score vierge. Comme en  92. Place aux prolongations ; score toujours vierge comme en 92. C’est le moment ou tous sont désormais convaincus que le sort de cette finale se jouera comme 1992 aux tirs au but. Mais en faveur de qui ? Question !

Quand les deux premiers tireurs Ivoiriens ont raté leurs tirs au but, la messe semblait être dite. En attestait l’abattement perceptible sur les visages de tous les supporteurs Ivoiriens, mais aussi l’enchantement sur celui des Ghanéens. N’est pas là la cruauté de notre vie ? Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Même l’impassible Hervé Renard, sélectionneur des Eléphants de Côte d’Ivoire, n’a pu voiler ses sentiments en ce moment précis. Chaque Ivoirien se disait en cet instant précis que pour la 3ième fois nous perdons une finale par les tirs au but, quelle malédiction !!!

Et coup du sort, comme pour donner raison à la théorie de la répétition de l’histoire de 92, les Eléphants reviennent à la hauteur des Ghanéens. Viennent enfin l’arrêt et le tir libérateur de portier Copa. Fabuleux et  magnifique !!! Je ne vous dirai pas ce que j’ai fait personnellement pour célébrer cette victoire, mais celui qui devinera aura un trophée, comme quoi la CAN continue encore 🙂 🙂 :).

Tawakkal

The following two tabs change content below.
tawakkal
De nationalité ivoirienne, je réponds au nom de Tawakkal DIAKITE. Je suis passionné de l'art du leadership. Plus d'infos dans la rubrique "A propos de moi" dans mon blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *