Ce matin, plus tôt que d’habitude, nos oreilles prirent la direction des chaines d’information, et sans grande surprise ce que nous redoutions s’est  produit. L’armée Malienne a encore pris la poudre d’escampette, laissant derrière elle  armes et munitions, mais pire, abandonnant les pauvres populations qu’elle est censée protéger contre vents et marrées.

Personnellement je ne me faisais pas d’illusions sur les suites de cette Nième offensive lancée par l’armée Malienne. Si bien que mon pessimisme était transparent dans le seul tweet que j’y ai consacré hier soir : «Ça ressemble à du déjà-vu! Pourvu que cette fois le gouvernement et l’armée ne se fourvoient pr la Nième fois. #Mali #Grin223 ». Mais pour une fois nous avons voulu y croire, après tout ce gouvernement  n’a-t-il pas été élu «Pour l’honneur du Mali, le bonheur des Maliens, le Mali d’abord».? Aussi froide soit-elle, nous devrons regardez aujourd’hui la réalité en face. A l’aune de la première épreuve, l’honneur et la dignité du Mali ont été bafoués, la fierté des Maliens sévèrement froissée, et  l’enthousiasme des amis du Mali que nous sommes, profondément entaché. A qui la faute ?

En tout état de cause, le Président Ibrahim Boubacar KEITA et son gouvernement auraient voulu vilipender l’honneur du Mali, qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement. Difficile d’y croire, mais l’offensive sur Kidal a été lancée sur coup de tête. Pour preuve, les honteuses justifications de la débâcle : « problèmes de coordination et de transmission des renseignements… ». Le gouvernement Malien a agi comme ce gamin, qui sous le choc du premier coup reçu se jette sur son bourreau et se fait massacrer par celui-ci. Et lorsqu’il s’est fait sérieusement bastonné, notre gamin en veut à son frère, à ses proches qui ne lui ont pas protégé de ce massacre. Que pouvaient-ils faire ? Ces personnes qui ignoraient tout de la scène qui se jouait ? Absolument rien ! C’est ainsi que les forces Internationales ne pouvaient et devaient pas bouger le petit doigt. Elles ne peuvent donc être incriminées sous aucun prétexte. Toutefois, les amis du Mali doivent continuer leurs efforts afin d’éviter une nouvelle descente aux enfers.

L’honneur du Mali d’accord, mais la méthode d’abord ! En matière de gestion d’un pays, le mérite réside dans le résultat, et non dans l’intention, encore moins dans les slogans élaborés par les agences de communication. Chez nous en Côte d’Ivoire, l’adage dit: « C’est au pied du mur on voit le vrai maçon. ». Le gouvernement Malien doit prendre conscience de ses lourdes responsabilités et agir en conséquence. Le bûcheron IBK doit prendre le temps pour aiguiser convenablement sa hache, au lieu de se lancer avec un outil de piètre qualité à l’assaut des défis. Autrement, il ne ferait que faire souffrir davantage, voir trahir le brave et vaillant peuple Malien.

Au demeurant, je m’incline respectueusement devant la mémoire de toutes les victimes de cette crise, victimes des errements d’un leadership aux abois.

Prompt rétablissement aux blessés, et courage aux déplacés.

Tawakkal

The following two tabs change content below.
tawakkal
De nationalité ivoirienne, je réponds au nom de Tawakkal DIAKITE. Je suis passionné de l'art du leadership. Plus d'infos dans la rubrique "A propos de moi" dans mon blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *