Ce 2 Octobre 2014, alors que Radio France Internationale (RFI) organisait un débat sur le bilan de l’action de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation (CDVR), j’ai donné mon avis sur la question sur mon mur Facebook comme je le fais régulièrement sur les questions d’actualité. Mais cette fois j’ai identifié M. SRAN Kouassi Franck, Porte-parole du Président de cette CDVR dans mon statut. Il ne fallait pas plus pour que le griot de BANNY vienne s’acharner sur mes écrits, à coup de contre-vérités savamment concoctées. Vous voulez quoi ? C’est son Job ! Défendre le travail et l’image de son Patron, vaille que vaille. Mais sachez que je ne mangerai pas de cette herbe nocive à la stabilité sociopolitique de ma chère Côte d’Ivoire. Je m’en vais donc démonter ses 7 contre-vérités :

Prenez connaissances de la conversation afin de mieux comprendre ce qui suit :

(En rouge les propos de M. SRAN, en bleu les miens)

Conversation facebook

Prenez connaissances de la conversation sur mon profil facebook  afin de mieux comprendre ce qui suit :

(En rouge les propos de M. SRAN, en bleu les miens)

1-) Je ne suis pas surpris de ta réaction, que dis je, de ton impertinence et de ton arrogance.
C’est la somme des attitudes comme la tienne qui ont généré dans notre pays, la crise. La crise a, à son tour mué en conflits violents, lesquels conflits ont causé de nombreuses victimes. Ce sont ces victimes-là (1990-2011), que la CDVR a été chargée d’identifier ! (…)

Ils sont passés maître dans la création d’écrans de fumée ; ils adorent nous mystifier avec des concepts dont eux-mêmes n’ont que visiblement peu de connaissances ; ces dirigeants de la CDVR. Sinon la Côte d’Ivoire a connu ces crises parce que des institutions comme la leur ont failli. Pour ma part je ne fais que des constats et les expriment avec les mots que j’assume pleinement. Je dis et je répète : le fait que l’action de la CDVR devienne l’objet d’interminables polémiques témoigne de l’échec de sa conduite. Quand on est incapable de susciter le consensus autour d’un projet si important, mieux vaut déposer l’éponge dans l’honneur et partir faire valoir ses compétences ailleurs. se faire Inutile de se défendre face à cette évidence. Mais de façon constructive je propose l’organisation d’un sondage suivi d’un rassemblement des forces vives. C’est ça l’impertinence et l’arrogance ? Orgueil et mauvaise foi ; quand vous nous tenez.

2-) Cela se voit encore une fois que tu ne sais pas grand’chose de la mission de la CDVR. Dans une certaine mesure, c’est ton droit, même de ne pas comprendre… Mais ça ne fait pas correct et sérieux d’émettre des jugements de valeur sur un travail qu’on ne connaît pas. J’insiste.
Ah, j’oubliais. Ces dirigeants éclairés de notre chère CDVR adorent également se réfugier derrière leurs supposées missions que nous ne pourrions pas comprendre. Et il insiste. Quoi de plus normal ? Un mensonge répété mille fois ne devient-il pas vérité ?

Sinon les missions de cette CDVR sont bien comprises. Pour ceux qui les ignorent encore, il suffit de visiter www.cdvr.ci . C’est la manière dont celles-ci sont accomplies que nous jugeons maladroite ; donc pose problème. Dire que les audiences « dites publiques » n’étaient ni ouvertes ni transparentes, c’est appeler le chat par son nom. Et il faut avoir des lunettes en bois pour ne pas voir l’amateurisme et l’improvisation dont cette institution a fait preuve tout au long de son existence. Ou il faut être salarié de la CDVR pour ne pas s’en rendre compte.

3-) Cela étant, mon frère Diakité, je voudrais attirer ton attention sur le fait que le Président de la République, SEM Alassane Ouattara, recevant en fin 2013 le rapport de la Commission, à la fin de ces 2 premières années d’activités, a dit de M. Banny et de la CDVR (je cite) « qu’ils avaient accompli un travail impressionnant ».
C’est donc pour cette raison massive qu’un temps additionnel de 12 mois a été accordé à la CDVR pour achever les activités qui restaient à exécuter.

Voilà quelqu’un qui nous prend vraiment pour des dupes. Comme ça parce que le président a dit qu’un travail impressionnant avait été abattu que nous devrons tous la boucler et applaudir la CDVR des deux mains et des deux pieds. Trop facile. D’ailleurs la notion de travail impressionnant demeure tellement subjective. Mais ne jouons pas les mauvaises langues, supposons que le Président pensait sincèrement ce qu’il disait lors de cette cérémonie.

A la veille de celle-ci, nous avons demandé au président, arguments à l’appui, de ne pas reconduire M. Konan BANNY dans cette mission noble de réconciliation. Et nous avons fait parvenir copie de cette requête à la CDVR. J’imagine qu’ils l’ont déchiré dès réception. Puisque nous n’avions eu la moindre suite. Or nous avions espéré mieux de la CDVR, hélas à tort.

Personnellement je n’accuse pas la CDVR d’être la seule responsable des mauvais résultats, mais aussi et surtout le Président Alassane Ouattara. Les Ivoiriens l’ont voté davantage dans l’espoir de les réconcilier, que de venir nous distribuer des milliards. Il est donc inacceptable qu’il laisse ce processus crucial produire des résultats si médiocres.

4-) Avant le chef de l’Exécutif ivoirien, c’était le tour de l’ancien SG de lONU Koffi ANNAN, de passage à Abidjan, de féliciter et d’encourager la CDVR pour le travail « scientifique et méthodique accompli…. »
Le dénominateur commun de tous ces adeptes de la malhonnêteté intellectuelle est qu’ils ont une mémoire sélective. Sinon je me souviens que d’autres personnes ont eu des mots moins sympathiques à l’endroit de la CDVR. Au nombre desquels Me Patrick Baudouin, le président de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH), qui a fait le déplacement jusqu’à à Abidjan pour tenir des mots très durs à l’endroit de la CDVR. Qui selon ses termes n’a œuvré que trop peu pour la réconciliation. Pourquoi notre Porte-parole n’en fait pas écho ? Vous avez tout compris, le métier est dur. Il faut montrer la partie qui nous arrange. Monsieur, comprenez que cette comédie n’amuse plus les Ivoiriens.

5-) Alors Diakité, ton opinion serait importante et ta proposition ne serait pas farfelue, si tu émettais des avis objectifs et donc pertinents…Or donc !!!!
Dans quel monde vivant nous ? Or donc l’organisation d’un sondage doit se fonder sur des faits objectifs. C’est dire combien certains sont peu cultivés, ignorant même le bienfondé du concept de sondage.

En plus ils se targuent de faire un travail scientifique et méthodique, alors qu’ils n’ont même pas prévu un sondage à l’issu de celui-ci pour évaluer sa portée. Et contrarié par une proposition des plus opportunes, il la qualifie de farfelue. De quoi les gens ont si peur ? De la vérité, j’imagine aisément.
6-) Je termine en t’informant que la CDVR connaît l’opinion des ivoiriens sur sa mission. Elle les a consultés avec le précieux concours des ONG de la société civile (regroupées en 32 plateformes) en deux opérations nationales, d’abord de janvier à fin février 2013, ensuite du 21 août au 21 septembre de la meme année.
Les résultats ont été rendus publics. Et c’est sur la base de ces résultats, diffusés partout, notamment auprès des Partis politiques de notre pays, que la CDVR a mené à terme et avec succès, la fin des opérations prévues dans son plan d’action.
Je ne doute pas du fait que la CDVR connaisse l’opinion des Ivoiriens sur sa mission. En effet pour avoir vu dans plusieurs localités comment ceux-ci se mobilisaient très peu lors des activités de la CDVR, l’évidence saute à l’œil. S’acclamer mutuellement dans un cercle d’ami ne change rien à l’implacable réalité de l’impopularité des procédés de la CDVR. Une popularité qui s’est finalement muée en une indifférence. Dernière réaction en date, celle du Président du Collectif des victimes en Côté d’Ivoire, une association qui existe depuis 2001. Ce dernier déclarait que la CDVR a failli à sa mission. Voilà un farfelue de plus, dira l’autre. Mais je crois qu’il faut être sérieux et respecter les Ivoiriens. C’est répugnant de faire comme si tout allait comme sur des rails. Et que toutes ses critiques, même celles venant de l’intérieur de la CDVR n’étaient que l’œuvre d’une bande marginale de détraqués. Et nous aurions été si détraqués que nous n’aurions pas découragé ceux qui voulaient marcher à l’époque sur la CDVR d’abandonner leur projet. « Dérive inacceptable », c’est le mot que j’ai utilisé à l’époque. Parce que nous croyions que d’autres alternatives constructives demeurent.
7-) Mais hélas toi, tu ne sais rien de tout cela. Ou bien tu fais exprès de ne rien savoir. Si tel est le cas, ce serait bien dommage ! Et je n’aurais donc plus aucune raison de me fatiguer à te parler.
Dieu nous garde mon frère Diakité
Bonne fin de journée !

Celui qui fait semblant ici c’est celui dont le travail consiste à fabriqués des contre-vérités et à la servir froidement aux populations qui ne demandaient qu’à être écoutées et associées sans discrimination à la construction d’une Côte d’Ivoire nouvelle.

Pour ma part, je m’engage à :

–          Dire à ses fainéants qu’ils feraient mieux de céder la place aux bosseurs tandis qu’il est encore temps ;

–          Faire comprendre aux corrompus qu’ils ne pourront pas continuer éternellement à nous voler ;

–          Dire aux fossoyeurs de la République que leur règne tire vers sa fin ;

–          Agir, agir et agir.

Et tant que les choses ne changeront pas, dans le sens d’une société en phase avec les valeurs fondamentales, il en sera ainsi.

N’est pas qu’à chaque génération son combat.

Nous y sommes!!!

DIAKITE Tawakkal

The following two tabs change content below.
tawakkal
De nationalité ivoirienne, je réponds au nom de Tawakkal DIAKITE. Je suis passionné de l'art du leadership. Plus d'infos dans la rubrique "A propos de moi" dans mon blog.

2 thoughts on “Mes réponses aux 7 contre-vérités du Porte-parole de M. Konan BANNY

  1. je partage pas tellement ton point de vue,mais c’est de ce foisonnement d’idées qu’ à besoin la cote d’ivoire.Je crois aussi que la CDVR a echouée dans sa mission. je t’invite sur mon blog SUR MODOBLOG: lesgbesdabidjan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *